nccr-rehabilitation

/webdav/site/cooperation/shared/images-projets/urban_rehab.jpg

NCCR North-South: « Social practices and empowerment in urban societies » /

Réhabilitation urbaine dans les villes intermédiaires

Haïti, République Dominicaine, Amerique Centrale
Développement urbain, habitat
2001-2005

Partenaires

Organisme: Inter-Entreprises (NESA)
Département: Unité de Développement Local et Etudes Urbaines
Adresse: Port-au-Prince
Tél.: +509 245 – 1302
Responsable: Dominique Mathon, Richard Mathelier
Organisme: Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales (FLACSO RD)
Adresse: José Joquín Pérez 106, Gazcue, Santo Domingo, Dominican Republic
Tél.: +1 809 – 686 3664
Fax: +1 809 – 686 4044
Responsable: Alfonso Aroldo Dilla

EPFL

Institut: Institut du développement territorial (INTER)
Laboratoire de sociologie urbaine (LASUR)
Faculté: Environnement Naturel, Architectural et Construit (ENAC)
Adresse: Ecublens
1015 Lausanne, Suisse
Tél: +41 21 – 693 42 05
Fax: +41 21 – 693 38 40
Responsable: Yves Pedrazzini

Descriptif

Identification et analyse des pratiques sociales d’appropriation et de transformation d’e l’espace urbain et leurs rapports avec l’élaboration de politiques publiques de développement urbain dans le cas des villes intermédiaires.

  • Impact de l’échange binational sur deux villes limitrophes entre la République dominicaine et Haïti (Dajabon – Ouanaminthe)

  • Impact des politiques transnationales sur un complexe urbain en Amérique centrale (ultérieurement)

Environ 70% de la population d’Amérique centrale et des Caraïbes vivent dans des villes de moins de 500 000 habitants. Ces villes de taille petite et moyenne constituent ainsi la partie la plus importante du réseau urbain sur le plan, territorial et démographique.

L’étude de ces villes s’est limitée pendant longtemps à des analyses comparatives de ces aspects-là. Or, ce type d’analyse ne nous fournit que de maigres renseignements sur le fonctionnement de ces villes, sur les liens qu’elles entretiennent avec leur environnement rural et les agglomérations humaines plus importantes, ainsi que sur la nature des dynamiques sociales culturelles et politiques qui y interagissent. Il est cependant indispensable de prendre en compte ces processus pour comprendre le phénomène mondial d’urbanisation et sa portée pour la société contemporaine. Une analyse conceptuelle du fonctionnement de ces villes débouche sur le concept d' »intermédiation » et de « villes intermédiaires » (sans rapport direct et univoque avec leur taille).

La recherche se focalisera sur l’impact de l’intermédiation (dans ses dimensions sociales, économiques, politiques et territoriales) et sa prise en compte dans des stratégies qui visent à transformer et à gérer l’espace urbain (difficultés d’intégrer les migrants d’origine rurale ou autre, en termes d’accès au marché du travail et à un logement; conséquences de l’allocation d’espaces urbains récemment créés au tourisme ou au commerce international au détriment du reste de la société.

En relation avec certains champs de l’économie urbaine, cette ligne de recherche se propose d’analyser les relations qui unissent l’économie locale (notamment informelle) à l’économie mondiale, en mettant l’accent sur la transformation des pratiques et stratégies sociales dans ce contexte. Les effets directs et indirects de ces comportements et les règles qui les sous-tendent seront examinés afin d’analyser les relations entre les producteurs de l’économie locale et les autres acteurs économiques, de façon à évaluer l’impact des réseaux informels sur le développement urbain.

Faisant partie de la dynamique d’échange entre la ville et son environnement, l’appropriation et la transformation de l’espace urbain représentent une préoccupation majeure et une importante source de conflits entre l’administration, le secteur privé, les organismes publics et privés et les habitants.C’est pourquoi la recherche visera à identifier les pratiques sociales mises en oeuvre par les populations pour concrétiser leur intégration dans l’espace urbain et analyser leurs interactions avec les stratégies gouvernementales définies pour gérer cette complexité.

La recherche fournira des réponses à la question suivante : Comment les pratiques sociales d’appropriation et de transformation de l’espace urbain influencent-elles ou devraient-elles influencer les processus de planification urbaine et régionale et leur intégration dans les villes intermédiaires ?

Lieux de recherche:
Haïti, République dominicaine, Amérique centrale.

Contexte du syndrome:
Régions urbaines/périurbaines

Summary

Identification and analysis of social practices of appropriation and transformation of urban spaces and their relation with the formulation of urban development public policies in the case of intermediate cities.

  • Impact of bi-national exchange on two cities on the frontier between Dominican Republic and Haiti (Dajabon-Ouanaminthe)

  • Impact of transnational policies on an urban complex in Central America

Approximately 70% of the population in Central America and the Caribbean live in towns with less than 500 000 inhabitants. These small and medium-sized towns are thus an important part of the urban network, if only from a territorial and demographic point of view.

For a long time they were only studied for these aspects, in comparative analyses. This type of analysis gives us but scant information on how these towns function, on their links to the rural environment and to larger human agglomerations, and on the nature of their economic, social, cultural and political relationships. Observing these interactive processes is nonetheless indispensable to understanding the global phenomenon of urbanization and its importance for a global society developing at breakneck speed. A contextual analysis of how cities function gives rise to the concept of « intermediation » and « intermediate cities » (regardless of their size), and it is this very concept, which enables us to tackle these issues.

Research will focus on the impact of intermediate functions (social, economic, political, territorial) and their integration within strategies that aim to transform and manage the urban space (difficulties in integrating migrants of rural or other origins, in terms of access to the labor market or housing, or the consequences of dedicating newly created urban spaces to tourism or international trade, to the detriment of the rest of the population).

Related to local urban economy aspects, this research line proposes the analysis of links between local economy (especially informal economy) and global economy, focusing on the transformation of social practices and strategies in urban economy. Direct and indirect effects of these strategies, the rules which guide, them will be examined in order to analyse the relationships between producers of the local economy and other urban stakeholders in order to evaluate the impact of the informal networks on urban development.

As part of the dynamics of exchange between the town and its environment, the appropriation and transformation of the urban space constitute a major concern, and a great source of conflict between the administration, the private sector, public and private organizations and the inhabitants. Thus research, and its integration within urban transformation and management strategies, must identify the social practices populations use to further and shape their integration in the urban space, and analyze their interplay with government strategies responding to the challenge of intermediation, particularly with reference to processes aimed at concerted urban and regional planning.

Research should provide answers to the following questions: in which way do/should the social practices of appropriation and transformation of urban space influence the processes of urban and regional planning, and their integration in intermediate cities?

Research location:
Haiti, Dominican Republic, Central America

Syndrome context:
Urban/peri-urban areas

Publications