nccr-violence

/webdav/site/cooperation/shared/images-projets/Urban-violence.jpg

NCCR North-South: « Social practices and empowerment in urban societies »

Violences et sécurité urbaines dans le contexte de la globalisation

El Salvador, Venezuela
Développement urbain, habitat
2001-2005

Partenaires

Organisme: Universidad Centroamericana José Simeón Cañas (UCA)
Département: Departemento de organisacion espacial
Adresse:
Tél.: +503 – 210 66 85 (office) / +503 – 210 66 85 (secrétariat)
Fax:
Responsable: Sonias Baires

EPFL

Institut: Institut du développement territorial (INTER)
Laboratoire de sociologie urbaine (LASUR)
Faculté: Environnement Naturel, Architectural et Construit (ENAC)
Adresse: Ecublens
1015 Lausanne, Suisse
Tél: +41 21 – 693 42 05
Fax: +41 21 – 693 38 40
Responsable: Yves Pedrazzini


Descriptif

Identification et analyse des stratégies mises en oeuvre par les autorités publiques, les populations, les organisations associatives et les milieux privés contre la violence urbaine et en faveur de la sécurité sous l’angle social et territorial.
La sécurité individuelle et collective devient une préoccupation majeure du développement dans les agglomérations urbaines. Le problème ne se limite pas aux grandes cités, il concerne également les villes de taille moyenne, voire petite. Le phénomène de violence sociale est le résultat de l’exaspération née d’une multitude de situations conflictuelles qui échappent désormais au contrôle des gouvernements. Les citadins perçoivent leurs villes comme étant de plus en plus violentes. Ce sentiment d’insécurité ébranle à son tour les principes de la sécurité individuelle et collective et amplifie la fragmentation des espaces et la ségrégation sociale qui en résulte, menaçant ainsi la cohésion communautaire. De telles évolutions sont particulièrement marquées en Amérique latine.
On en attribue généralement la cause à des groupes sociaux spécifiques (jeunes des quartiers défavorisés, bandes, guérillas, trafiquants de drogue, terroristes, opposants politiques). Dans les faits, la violence urbaine est cependant le résultat direct ou indirect de la croissance des inégalités et de la pauvreté.
Afin de déterminer l’impact social de « l’insécurité » et les éventuelles alternatives en termes de « sécurité », la ligne de recherche cherchera à élucider de quelle façon la violence est générée, de quelle manière elle touche les différents groupes sociaux et comment les autorités et la population y répondent. Les travaux seront initialement conduits dans deux grandes cités d’Amérique latine. Ce qui devrait nous permettre de définir et tester des stratégies concertées en faveur de la sécurité sous l’angle social et territorial. L’adhésion des différents acteurs concernés devrait permettre de dépasser le phénomène contemporain d’un « urbanisme de la peur » qui est imputable autant aux riches qu’aux pauvres.
Prenant appui sur les résultats de cette recherche en ACC, les concepts et la méthodologie conçus dans les grandes cités de l’hémisphère Nord sujettes aux mêmes problèmes seront évalués dans une phase ultérieure.

Lieux de recherche:
El Salvador, Venezuela

Contexte du syndrome:
Régions urbaines/périurbaines

Publications